Article

Impressions rapides sur une trentaine de séries qui se sont achevées

Thursday 1st October 2015

Comme la saison précédente... et comme j'ai terminé un peu trop de séries, donc je vais être bref. Pour faire simple, ça sera par ordre alphabétique.

Akagami no Shirayuki-hime – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : shōjo, romance.

Le début était plutôt vendeur. Une héroïne avec son caractère, mais aussi une particularité physique qui fait d'elle un objet de convoitise. Malheureusement, cela tourne assez vite à la romance classique du prince et sa dulcinée. Un peu classique, mais sympa. La musique est vraiment le point excellent qui m'a fait apprécier l'univers.

Aoharu×Kikanjū – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : survie, adolescence.

« L'héroïne ne peut être qu'un garçon. » Je n'ai pas réussi à m'ôter cela de la tête du début à la fin. Une série sur le jeu de survie (encore) qui aurait pu être plus intéressante si le personnage principal n'était pas si... lunatique. Elle passe de la niaise de base à la folle furieuse. Pour moi, ça restera un faux BL qui nous laisse en plan avec un final qui n'ose rien.

Baby steps – 25 épisodes vus – Terminée
Genres : tranche de vie, sport (tennis), nekketsu.

J'ai moi-même du mal à comprendre comment j'ai réussi à tenir une seconde saison, car celle-ci est franchement beaucoup moins intéressante. Trop centré sur les matchs et finalement beaucoup moins dans la tranche de vie, un point que j'avais apprécié durant la première saison. S'il y a une troisième, je ne pense pas poursuivre, même si la fin ne finit pas en gros cliché.

13 épisodes vus – Terminée
Genres : action, fantaisie

J'attendais Key au tournant et je n'ai pas vraiment été déçu. L'histoire est plutôt bien écrite avec une très bonne utilisation des super-pouvoirs. Pour le rythme, c'était par contre assez prévisible pour ceux qui suivent les séries de Key, avec un début assez cucu la praline (et merci la sauce à pizza), puis un évènement tragique qui change complètement la donne pour une fin que j'ai appréciée. La série contient aussi la déclaration d'amour le plus nul que j'ai pu voir dans un anime.

Danchigai – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : Tranche de vie

Une série avec une sœur qui fait un bracon, deux jumelles espiègles et une grand-sœur maternelle. Les gags sont généralement assez plats. Oubliable.

Fate/kaleid liner Prisma☆Illya Zwei! Herz! – 10 épisodes vus – Terminée
Genres : mahō shōjo, action, comédie, fantaisie, yuri.

Mouais, plus ça allait, plus je trouvais cette série décevante. Où est la Illya terrifiante de la première saison ? Bref, la série a complètement tourné au fan service yuri, avec un paquet d'épisodes sans intérêt. Le combat final manque cruellement de punch, même s'il reste quand même bien foutu.

Gakkō Gurashi! – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : tranche de vie, scolaire, survie, zombie.

Cette série est une des bizarreries de la saison. Le premier épisode est niais comme ce n’est pas possible, puis cette niaiserie se mélange à un monde hostile, gore, glauque, horrible rempli de zombie. Un mélange qui a de quoi surprendre et qui est fonctionne pas trop mal. Le brin de folie qui entoure l'héroïne faisant un déni de réalité, la prof qui en savait un peu trop, les anciens amis qui pourraient venir les tuer que l'on plaint de par leur état. On est loin d'un I am a Heros, mais c'est sympa.

Gate: Jieitai Kanochi nite, Kaku Tatakaeri – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : fantaisie, milliaire, monde alternatif.

Un peu déçu d'être lâché par la série quand ça devenait plus en plus intéressant. La découverte de l'autre monde et les liens entre les deux mondes : le nôtre et un fantastique est pris avec un point de vue plutôt terre à terre. Qu'est-ce qui se passerait si les militaires d'aujourd'hui se retrouvaient face à un dragon ? Rencontrez des êtres immortels ou dotés de pouvoir magique ? Le ton est plutôt sympa et décalé par moment, avec un héros otaku, un militaire pas vraiment comme les autres. J'espère une suite.

Himōto! Umaru-chan – 12 épisodes vus + 12 CM – Terminée
Genres : Tranche de vie, gags..

Umaru-chan est celle que certains auraient aimé être : belle, populaire, douée à l'école, mais à côté de cela une fois à la maison : ne rien faire d'autre que ce que l'on aime. Umaru-chan est en fait une pure otaku, je-m'en-foutiste, égoïste, qui va prendre son grand frère pour un larbin qui, heureusement pour elle, va se plier à tous ses caprices de princesse. D'un côté vu le frère, je n’ai même pas envie de le plaindre. Ce type est la caricature du personnage vide. Dans l'ensemble, c'est assez marrant, même s'il y a peut-être un peu trop de gags longuets ou trop répétés. Après, les autres personnages font aussi le charme de la série.
Note : il y a une série (Himōto! Umaru-chan S) de CM (publicité) de 2 minutes qui sont en fait de gags qui prennent quelques libertés que la série principale ne peut se permettre, celle-ci était dans la tranche de vie et pas le fantastique ou la fantasy.

Jitsu wa Watashi wa – 13 épisodes vus – Terminée
Genres : Comédie romantique, filles-monstres.

Ouais, l'idée de base est assez sympa. Des filles avec des secrets pas communs : vampire, extraterrestre, (loup-)garou, démon, etc. Le problème c'est que l'histoire semble se perdre un peu vite ou éviter que la romance avance. Sur ce point-là, c'est souvent trop maladroit ou pas original, alors que les filles le sont bien plus. Encore une idée mal exploitée... et un fin en queue de poisson.

Jōkamachi no Dandelion – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : Comédie, tranche de vie, fantastique.

Je pense que la série a dû prendre pas mal de libertés par rapport à l'œuvre original pour arriver à un tel final qui laisse assez peu d'ouverture. Enfin sur l'idée de base. Pour ce qui concerne la série, je suis un peu mitigé. L'idée est sympa : faire d'une famille royale logeant dans une maison banale, un jeu de téléréalité pour élire le successeur parmi les neuf enfants du souverain. Ceux-ci ont tous des super-pouvoirs (un attribut royal). L'héroïne a peur des caméras, mais veut tout de même être populaire (ce qui est antinomique). Elle n'est pas l'unique centre d'intérêt, car durant la saison, une multitude de chapitres se sont concentrés sur chaque enfant, sa vie et son pouvoir. Et c'est là que je trouve que la série pèche, la série est bien trop courte et la fin donne l'impression d'être expédié par manque de place.

Kyōkai no Rinne – 25 épisodes vus – Terminée
Genres : shōnen, fantaisie, comédie romantique.

Bha, c'est que ça regarde assez facilement. Une saison 2 est annoncée à la fin (via une lettre de la NHK), et je pense que le problème ce n’est pas que les gags soient mauvais, c'est qu'il y a un comique de répétition qui finit par être lourd, car cela se renouvelle trop peu... Alala, Ranma 1 2 c'était quand même mieux. (rires)

Miss Monochrome -The Animation- 2 – 13 épisodes vus – Terminée
Genres : Parodie, gags, idol.

Je pensais que les gags un peu plus longs de Monochome-san passerait mal, mais avec l'arriver de nouveaux personnages aussi décalés qu'elle rend le tout un peu plus digeste sans en faire une grande série.

Monster Musume no Iru Nichijō – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : Filles-monstres, ecchi, comédie romantique.

Fan service, fan service et fan service. Voilà un peu à quoi se résume la série. Après, ce qui m'a amusé, c'est de voir quelles « monsters musume » ils allaient nous pondre. C'est tellement con.

Non Non Biyori Repeat – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : ranche de vie, école de campagne, comédie. .

Cette série ce n'est que du bonheur, en plus le cadre est magique : la campagne, la tranquillité, et le beau temps. Le « Repeat » reprend la série à zéro, avec la même chronologie, sans reprendre les mêmes histoires. De toute façon, assez rapidement, l'ordre n'a plus vraiment d'importance.

Okusama ga Seitokaichō! – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : Comédie érotique.

Mouais, heureusement que les épisodes sont courts. Parce que ça tourne assez vite au ecchi trop prévisible. Il n'y a pas grand-chose à dire dessus, si ce n'est que c'est oubliable.

Ore Monogatari!! – 24 épisodes vus – Terminée
Genres : Romance, humour, amitié, shōjo.

J'ai hésité à mettre un 😊, car ayant lu le manga, je connaissais déjà un peu tous les gags et même si c'est souvent drôle, je trouve la version papier plus prenante. Le doublage est sympa, mais je m'étais fait une autre image de l'héroïne, et certains personnages. Ça reste un bon shōjo qui, fait inhabituel, à un héros masculin. Cependant, celui-ci n'a rien du bishōnen classique.

OVER LORD – 13 épisodes vus – Terminée
Genres : Fantaisie, jeux-vidéo.

« Le héros est cheaté ». C'est souvent ce qui m'est venu à l'esprit dans cette série. Encore une histoire de MMORPG, mais prise sous un autre angle : celui-ci devient le monde réel pour le héros. Les règles ne changent pas trop et les PNJ du monde prennent vie. Le héros, un chef de guide surpuissant, continue son histoire, non plus en tant que joueur dirigeant un avatar, mais l'incarnation vivante de ce dernier. La chose amusante c'est de voir qu'au final, pour faire sa vie dans ce monde, il fait de ce qui était du « jeu de rôle » quelque chose de normal.
Note : il y a quelques mini épisodes en vectoriel qui ridiculise un peu la série avec des situations ubuesques pour le héros, un adolescent incarnant un overlord hyper imposant avec des soubrettes très bizarres.

Ranpo Kitan: Game of Laplace – 11 épisodes vus – Terminée
Genres : Mystère, horreur.

La série glauque et torturée de la saison, qui avec son côté théâtral essaie de jouer sur l'originalité, mais ne réussit jamais à s'en servir de façon efficace. Il y a bien quelques retournements, mais rien de bien passionnant. Bref, je trouve que l'ambiance reste toujours bien trop gentillette malgré le propos sombre.

Rokka no Yūsha – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : Fantaisie, mystère, action.

Une surprise assez sympa. Je m'attendais à une série d'aventure heroic fantasy d'un groupe de héros contre le mal, ce qui est bien le cas au début. Puis une fois que les 6 héros... non 7 se retrouvent piégés, une sorte de huit clos commence, car il ne peut y avoir 7 héros. L'idée est sympa, même si j'ai assez vite trouvé le 7e. Oui, moins le personnage semble suspect, plus il l'est, et ça s'avère vrai dans cette première partie... Oui, car on n'aura pas de combat final. La série s'arrête en plein milieu, ce qui m'a donné l'impression qu'on m'a baladé pour ensuite me remettre à la case départ. Intéressant et frustrant.

Senki Zesshō Symphogear GX – 13 épisodes vus – Terminée
Genres : mecha-musume×mahō shōjo, S.F., fantaisie, yuri.

J'avais espéré une saison plus intéressante. Il s'avère qu'elle est mieux que la seconde... qui est pour moi lamentable. Malheureusement, la série semble avoir complètement perdu son esprit de départ et ressemble plus à un mahō shōjo qui reprend tous les clichés du genre pour en faire un pot pourri qui ne prend jamais vraiment. Heureusement que j'aime bien l'ambiance chantée des combats, sinon j'aurais lâché rapidement.

Shimoneta to Iu Gainen ga Sonzai Shinai Taikutsu na Sekai – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : Comédie, scolaire, ecchi.

Le thème de la série est taillé pour faire du service. Un monde qui prohibe ce qui est de nature sexuelle, avec une héroïne qui ressemble à une perverse qui parle beaucoup, mais reste finalement bien prude, contrairement à sa rivale qui est va laisser des traces humides de son passage. Tout est prétexte à évoquer la chose, jusqu'à la coiffure d'une fille. Bon, pour être franc, c'est assez drôle, mais ça ne vole pas haut. Je m'attendais à un peu mieux. Il y a quelques passes vraiment très drôles. Hélas, sur la seconde moitié, ça finit par un peu tourner en round.

Shokugeki no Sōma – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : Shōnen, comédie, scolaire, cuisine.

Une série à voir pour le coté nekettsu et surtout la bouffe ! Encore ses séries où des ados s'affrontent dans des concours avec des niveaux qui dépassent l'entendement rendant chaque plat des délices qui vont prendre leur pied à ceux qui les dégustent. D'ailleurs, les allusions sexuelles en font de l'érotico-gastronomie avec des orgasmes gustatifs. Ça reste sympa à suivre.

Sore ga Seiyū! – 13 épisodes vus – Terminée
Genres : comédie, tranche de vie.

Voilà des séries comme je les aime : de la tranche de vie avec des héroïnes toutes mimis qui essaient de persévérer dans leur domaine : ici, les seiyū. Des « tamago » (œufs), des jeunes pousses qui découvre leur métier, qui leur demande à faire des doublages pour : des anime, (ce qui ressemble au Graal, un premier rôle dans une série), mais aussi des jeux vidéo, de documentaires, des radios, des concerts... Bref, il y faut être ultra polyvalent et prendre ce qui vient. La série montre les côtés sympa, mais également qu'il semble assez dur d'y faire sa place. On peut rapidement être éjecté si l'on ne fait pas rapidement ses preuves. Accepter de faire des personnages qui n'ont presque rien à dire, incarner des personnages sans intérêts qui veulent être vus sans intérêt, etc. pour mettre cela en lumière, on a un groupe assez hétérogène : une héroïne adulte plutôt banale, une collégienne assez douée dans le métier, et une adulte folle dingue des fraises qui ses construits son monde autour de ce fruit.
J'espère qu'on pourrait le suivre une année de plus.

Tēkyū 5 – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : Tennis (ou pas), délire.

5e saison et... c'est toujours autant WTF. Ce n'est pas toujours drôle, mais c'est tellement du n'importe quoi que j'en reste à me demande ce prend ceux derrière tout ce la. Vous voulez des chutes débiles, il y en a ; des personnages absurdes, pareils ; du tennis... là, j'ai un doute.

6 épisodes vus – Terminée
Genres : idol, action.

Mouais, je ne pensais pas suivre la série. Il faut dire, six épisodes c'est déjà trop. Le combat d'idols est d'une idiotie, l'héroïne n'est pas du tout attachante... comme aucun personnage. Je savais que ça serait court et c'est un peu tour ce qu'elle a.

Wakaba*Girl – 13 épisodes vus – Terminée
Genres : Tranche de vie, comédie, gags, scolaire.

Alala, c'est la série moe de la saison. C'est mignon tout plein avec une héroïne complètement à côté de la plaque : une riche qui veut devenir une « lycéenne », c'est d'ailleurs son seul rêve au début. C'est un peu la fille coupée du monde qui découvre le « lycée », qui l'idéalise à mort et qui se fait des amies « normales » (je mets les guillemets parce qu'elles sont aussi spéciales). Le ton décalé de la série m'a bien plu, et l'ambiance adorablement stupide m'a conquis... (J'ai honte)

Wakako-zake – 12 épisodes vus – Terminée
Genres : dégustation gastronomique.

Une série d'épisodes courts sur une jeune femme qui après le travail va se déguster un plat seule aux comptoirs des restaurants de quartier : j'ai faim.

13 épisodes vus – Terminée
Genres : Gags, comédie.

Pour finir, la série que j'attendais le plus et qui ne m'a pas déçut. En même temps, une série avec Yamada ne peut être que bien (oui, j'adore Yamada). Bon, de façon ça reste du Working, mais l'histoire progresse : relations amoureuses, familiales, professionnelles. Je trouve assez incroyable qu'après trois saisons cela ne tourne pas en rond et c'est toujours aussi drôle.
La série ne se termine pas vraiment, même si cela touche à la fin. Une soirée spéciale devrait achever la série avec un épisode heroic fantasy d'une heure : « Working!!! ─Lord od the Takanashi─ » (le contenu est sujet à changements. Rires). Mais quand !!?

2 comments posted

By Robert974, the 04/10/2015 at 14:59:54
Avatar
Member

Ore Monogatari aura été vraiment mon coups de coeur de la saison. Drôle et touchant même si parfois c'est du déjà vu mais on s'en lasse pas... :)

By Zéfling, the 04/10/2015 at 15:28:21
Avatar
Administrator

Ore Monogatari aura été vraiment mon coups de coeur de la saison. Drôle et touchant même si parfois c'est du déjà vu mais on s'en lasse pas... :)

Robert974- Sun 4th Oct 2015

Je ne saurais que te conseiller la lecture du manga. J'ai rarement mis d'aussi bonnes notes à un shōjo, du moins au début. D'ailleurs si vous le lisez aussi, vous pouvez donner les vôtres, car il n'y a que les miennes pour l'instant.

Mieux vaut ne rien dire et passer pour un con que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.

Write a commentary