Actualité

Ni no Kuni (PS3) : Premières impressions

Dimanche 4 Décembre 2011

Après quelques heures de jeux sur 『二ノ国 白き聖灰の女王』(Ni no Kuni -Shiroki Seihai no Jō / Le deuxième pays : la reine aux cendres blanches sacrées), je peux dire que je suis agrément surpris par le titre qui compte pour ce que j'ai pu jouer pas mal de qualités pour un RPG. Le jeu a été réalisé par le studio Level 5 avec Ghibli pour les parties anime et la musique. On retrouve donc un jeu graphiquement plus que correcte avec des décors très colorés et une bande son de HISAISHI Jō (久石 譲) carrément sublime.

Comme j'ai pré-commandé le jeu, j'ai eu le droit à un « bonus » (payant comme la plupart des bonus japonais, environ 10 €) : le livre magique que l'on retrouve dans le jeu. Il perd cependant pas mal de son intérêt par rapport à ce qu'il devait offrir sur la version DS du jeu (sorti un an plus tôt au Japon), car ce dernier est entièrement scanné dans le jeu, et de surcroît la numérotation des pages diffère légèrement. On peut remarquer que le système de tracé est passé à la trappe. Malgré tout, c'est un très bel ouvrage de 352 pages avec une superbe couverture. On y retrouve un bestiaire, la liste de magie, des lieux, les évolutions des Imajinns, l'alphabet de l'autre monde, etc. Le tout avec une mise en page qui donne l'impression d'un ouvrage ancien. Il y a treize contes à lire dans le sixième chapitre. C'est toujours plus agréable d'avoir un livre en main pour lire.
Autre bonus qui relève partiellement d'un article publicitaire : un flyer avec en son dos la carte du monde sur un papier donnant un semblant d'aspect de parchemin. Pour ce que j'ai vu de cette dernière dans le jeu, ç'a l'air bien grand.

 

L'histoire est dans l'esprit d'un Ghibli, un peu enfantin, mais loin d'être intéressante pour les adultes. De fait, le jeu se veut très accessible, car tous les kanji ont des furigana (pour le jeune public). L'histoire commence avec Oliver, un jeune garçon casse-cou, qui suite à un accident au début de son aventure manque de se noyer dans la rivière. Sa mère va le sauver, malheureusement cet incident lui cause une crise et elle décède quelques jours plus tard. Il est désespéré et ses larmes coulent sur la peluche ce qui la réveille, car il s'agit en réalité d'un être du « deuxième pays » enfermé à cause d'une malédiction. Il se nomme Shizuku (シズク), il se présente à lui, car visiblement ce n'est pas n'importe qui. Il découvre en Oliver un magicien. Sachant qu'il y a un lien entre les deux mondes et chaque être à son double dans l'autre monde, il espère lui redonner espoir, car il se pourrait que grâce à cela, il puisse sauver sa mère, car le double de celle-ci est justement une grande magicienne. Hélas, pour la sauver, il va devoir combattre l'ennemie de Shizuku, la reine de cendre Reinas (灰の女王レインス). D'abord retissant, Oliver accepte de le suivre et ouvre un passage qui lui permet de se rendre dans l'autre monde. À partir de cet instant, il est capable de naviguer dans les deux pays et commence son apprentissage de la magie. Dans son aventure, il est aidé par une fillette mystérieuse que seul lui semble pouvoir voir et il fera la rencontre de toutes sortes de créatures.

Quelques images des cinématiques :
ニノ国 アニメ - image 1 - ニノ国 アニメ - image 2 - ニノ国 アニメ - image 3 - ニノ国 アニメ - image 4 - ニノ国 アニメ - image 5 - ニノ国 アニメ - image 6 - ニノ国 アニメ - image 7 - ニノ国 アニメ - image 8 - ニノ国 アニメ - image 9 - ニノ国 アニメ - image 10 -

La patte de Ghibli est complètement visible au travers des cinématiques en anime. On y retrouve le trait, le character design, la façon de faire le décor et l'animation du studio. Du beau travail qui aurait pu rendre mieux au niveau de la qualité de compression des vidéos... Mais c'est vraiment pour chipoter.

Bon, je vais probablement répéter ce que j'ai dit sur le forum de Playfrance où j'y avais mis mes impressions à chaud en début de semaine.

Le jeu est un RPG classique avec trois modes de jeu : le déplacement dans les villes et les « donjons », les déplacements sur la carte du monde et les déplacements dans les aires de combats. Dans les grandes lignes, elles se ressemblent beaucoup, seul le point de vue change en plus de certaines actions. En clair, comme dans la plupart des jeux du genre, donc pas de surprises à ce niveau-là. Le fil directeur de l'aventure est généralement indiqué sur le plan tout au long de l'aventure (et quand il ne l'est plus, c'est qu'il est dans l'autre monde). Pour ça, impossible de se perdre. Parfois j'aimerais bien le virer, car je trouve que c'est un point qui aide un peu trop.

Dans les villes, il est possible de parler à de nombreuses personnes, ce qui peut déclencher des actions pour faire avancer l'histoire, amorcer des quêtes secondaires (signalé par un point bleu clignotant) qui semblent relativement nombreuses ou juste discuter. La magie peut aussi être utilisée sur les habitants de l'autre monde (l'indication n'est pas forcement indiqué, mais cela peut être par un point vert). Les discussions sont nombreuses, ce qui peut devenir assez compliqué pour tout suivre. (Surtout avec mon niveau de japonais assez moyen.) Heureusement, un résumé est présent autant pour l'histoire principale que pour les quêtes en cours ou finalisées. Ces derniers permettent d'accumuler des points (tampons) sur des cartons qui, une fois complétés, donnent accès à des objets. Suivant leurs difficultés les quêtes offrent plus ou moins de points. Celles du début me semblent assez simples, pour peu qu'on n’ait pas compris de travers. (sifflote)

Scan du flyer avec la carte du monde :
Carte du monde

Les donjons sont loin d'être petits (sans être immense) avec quelques petites énigmes. Les monstres réapparaissent rapidement, et même si on les voit, les combats sont presque impossibles à éviter dû à l'étroitesse des « couloirs ». L'exploration permet de découvrir des coffres, avec certains que l'on ne peut pas ouvrir ou même y accéder dans l'immédiat... C'est un peu frustrant. Je pense qu'il sera nécessaire de revenir sur nos pas, une fois certaines magies acquises. Il faut savoir que les points de sauvegarde ne sont pas vraiment légions. Il est possible de sauvegarder n'importe quand dans le jeu, excepté dans les donjons où il faut passer par une pierre qui permet en autre de régénérer ses points de vies et de magie. Malheureusement, elles ne sont pas aussi fréquentes que dans d'autres jeux. D'ailleurs Ni no Kuni est un RPG on les personnages ne régénèrent pas pour un rien, il faut soit passer par le gain d'un niveau, la magie, les objets, l'auberge ou une pierre, sinon votre vie ne bougera pas pouce, même après un boss (ça pourrait limite faire rétro aujourd'hui). Pour ce que j'ai pu jouer, ça reste loin d'être insurmontable comme certains anciens RPG. En réalité, c'est relativement facile, car si l'on exécute toutes les quêtes annexes et que l'on se perd un peu, suivre l'histoire principale s'en retrouve simplifiée. Grâce à elles, on franchit certains paliers, évitant les phases chiantes du leveling. (Du moins pour l'instant.) Elles permettent de récupérer de l'argent et d’objets. En clair, c'est super classique. A priori, le niveau des monstres ne bouge pas.

La carte du monde est vraiment un point que j'ai grandement apprécié surtout quand je me suis rendu compte qu'il y a des lieux cachés, il est donc nécessaire de faire un peu d'explorations pour trouver des quêtes cachées. La carte est vraiment belle et grande, on peut passer du temps pour faire grimper en expérience ses personnages en combattant les monstres. D'ailleurs, il est intéressant de voir l'évolution du comportement des monstres, directement visibles, qui vous foncent dessus lorsque vous êtes faible et qui ensuite vous fuient comme la peste quand ils sentent que vous êtes trop puissant. C'est pas mal, car ça permet d'éviter des combats inutiles qui ne vous apportent rien ou presque en expérience. Cependant, j'ai l'impression que ce n'est pas le cas pour tous les ennemis. Chacun possède un comportement différent dans la façon d'attaquer ou de fuir. Il n'est pas impossible d'éviter la majorité de combats en faisant attention de ne pas se faire remarquer. Bref, la carte du monde est un des éléments qui m'a marqué, car c'est loin d'être contraignant de s'y rendre, surtout qu'elle est vraiment belle.

ニノ国 キャラクター - image 2 - ニノ国 キャラクター - image 3 - ニノ国 キャラクター - image 8 - ニノ国 キャラクター - image 4 -
Plus d'images...

Pour ce qui est des combats, c'est un mélange de tour par tour et d'actions RPG avec la possibilité de changer de personnage de groupe. Au début, ça semble compliqué, car entre les personnages et les imajinns partage leur vie et leur magie. En fait, les imajinns sont une sorte de transposition du personnage avec des caractéristiques différentes. Oliver, le personnage principal, est un magicien, mais son premier imajinn est plutôt du genre guerrier. Il faut donc choisir qui est le plus à même de remporter le plus aisément le combat, surtout contre les boss, pour ne pas se prendre une méchante dérouillée. Dans l'aire de combat, on déplace un personnage et on lui affecte des actions qui ont une certaine durée. En se déplaçant, on peut éviter les coups ou attaquer l'adversaire sous un autre angle. Le combat est donc rythmé par des actions en tour par tour et du combat en temps réel avec les possibilités de récupérer de temps en temps des orbes de vie et de magie. Pour ce que j'ai pu voir, les imajinns sont plus puissants que le héros, cependant ils ont beaucoup moins d'actions et n'ont pas l'accès à l'inventaire, pour par exemple se soigner. Ça peut rendre les combats un peu compliqués, mais j'ai assez vite pris le coup de main. Dans l'ensemble, les combats sont très dynamiques, mais assez peu intéressants contre les monstres ayant peu de points de vies ou de résistance... soit une grande majorité des monstres. Mais vu le nombre de combats, ce n’est pas un mal sinon ça rallongerait vraiment trop les donjons.

Il y a encore certains points que je n'ai pas encore vu comme les évolutions des imajinns, l'alchimie ou les combats avec des compagnons de route. Le jeu s'avère pour l'instant vraiment intéressant, autant par ses systèmes de jeu que par son histoire. Je ne regrette pas d'avoir craqué dessus (une semaine avant sa sortie).

Quelques images du jeu :
ニノ国 PS3 - image 1 - ニノ国 PS3 - image 2 - ニノ国 PS3 - image 3 - ニノ国 PS3 - image 4 - ニノ国 PS3 - image 5 - ニノ国 PS3 - image 6 - ニノ国 PS3 - image 7 - ニノ国 PS3 - image 8 - ニノ国 PS3 - image 9 -
Plus d'images...

Une des vidéos promotionnelles :
【二ノ国 白き聖灰の女王】PV

3 commentaires déposés

Par Adelio, le 05/12/2011 à 01:21:46
Avatar
Membre

Merci pour tes premières impressions Zéfling qui me donnent encore plus envie maintenant. =)

C'est cool d'avoir expliqué en détails le gameplay car j'avoue que certains points du jeu était encore assez sombre pour moi ...

En tout cas, j'ai vraiment hâte que le jeu arrive en Europe et voir/entendre ce que donne l'ambiance Ghibli version PS3. Je pourrais déjà patienter avec Kokuriko-Zaka Kara. ^^

Par Zéfling, le 05/12/2011 à 07:24:56
Avatar
Webmaster

Je ferais un mise à jour ce soir, j'ai l'impression d'avoir oublié des trucs...(les images entre autre, mais ça c'est visible) ^^'


Perso, ça va largement me fait attendre pour le film... surtout que j'ai absolument rien suivit côté Ghibli à part le jeu...:\ Enfin, le film sort dans 2 mois en France. Marrant de voir que le titre utilise le mot français pour coquelicot.

L'homme est le plus inhumain des animaux.
Par Zéfling, le 06/12/2011 à 00:12:34
Avatar
Webmaster

Voilà, c'est mis à jour... En fait, j'ai surtout ajouté des images et une vidéo.

Mieux vaut ne rien dire et passer pour un con que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet.

Écrire un commentaire