Actualité

Présentations : Seikon no Qwaser ; Kaito Reinya

Dimanche 10 Janvier 2010

Voilà une série dont je n'attendais pas grand-chose et j'ai probablement bien fait. 聖痕のクェイサー (Seikon no Qwaser) une série qui se base sur les combats à fortes doses de pouvoirs et de capacités (comme alchimie). La très forte poitrine des filles est un peu trop souvent mise en valeur, mais il n'y a pas que cela. Je soupçonne la version TV d'être largement censurée à coup de zoom sur les parties non choquantes ou de vue du décor... Il y a juste le bruit et une qualité d'image assez dégueulasse (trop de zoom :P).

Encore une série avec majoritairement des personnages féminins (avec une intelligence inversement proportionnelle à la taille de leur poitrine). Le héros pourrait être mis dans le lot tellement il fait androgyne. Mis à part cela, le style est pas trop mal, c'est bien animé et les décors sont en général bien travail. Les toiles religieuses de l'église donnent un style plutôt ancien et orthodoxe... (Après je ne suis pas trop calé sur le sujet). Le combat dans l'église est bien foutu, mais la censure gâche quelque peu le spectacle. Les effets de dislocation de matière sont réussis et plus originaux que ce que l'on voit habituellement.

Peu de chance que je suive la série jusqu'au bout. Je n’aime pas trop le héros, Alexander, et Tomo ainsi que d'autres filles de sa classe m'énervent.

#01 「震える夜」
Tout commence la nuit dans une église où une jeune fille semble se faire sacrifier par une étrange et maléfique femme masquée.
En journée, ORIBE Mafuyu (織部 まふゆ) et YAMANOBE Tomo (山辺 燈) se retrouve pour prier à l'église. Mafuyu repense au père disparu de Tomo (qui devait l'être aussi pour elle). Après cette prière, elle passe au jardin de fleur où elle rencontre la sœur Théresa BELIA (テレサ=ベリア).
En classe, sur le pupitre de Tomo a été posé un soc à serpillière avec de l'eau sale et des tournesols dans un sale état. Quelqu'un attendrait sa mort avec joie. Voilà une plaisanterie de mauvais goût qui ne plaît pas à Mayufu. La seule à lui répondre est KATSURAGE Hana (桂木 華), une fille qui fait un peu rebelle avec une croix ornée d'un saphir en main. MITARAI Fumika (御手洗 史伽), la clef de classe, accompagnée MINASE Ayana (水瀬 文奈) qui préférait que son amie se taise, se fait vite rembarrer par Hana. Mayufu s'en prend alors à cette dernière. Personne ne semble de toute façon aimer le couple dans cette classe ou alors préfère ne rien faire de peur de s'attirer les foudres des autres. TSUJIDŌ Miyuri (辻堂 美由梨) Interviens pour rajouter son grain de sel. Hana et Miyuri semblent n'être pas assez forte tête pour s'opposer à Mafuyu. Tomo vient calmer son prince avec les belles paroles de son père.
Sur le chemin du retour, la princesse (Tomo) et le prince (Mayufu) rentrent ensemble et tombent sur une personne bien amochée. Enfin, c'est surtout Tomoe qui trébuche dessus. Elle a les cheveux argentés et les yeux verts... mais surtout, touche la poitrine de Tomo, ce que ne supporte pas Mafuyu (mais ça, je le suppose, car on ne voit rien) qui finit de l'achever.
La personne est portée chez elles. Tomo pense que c'est une fille, Mafuyu pense que c'est un garçon. Mmm... le plus simple est d'aller vérifier où l'on ne peut se tromper... Sauf qu'il disparaît le temps de le dire.
Mafuyu va faire sa ronde avec son bokken et voit sur le chemin l'église dans les flammes. Elle s'y rend et se retrouve face à la femme mystérieuse du début d'épisode. Elle s'attaque à elle. Mafuyu est forte, mais ne possède aucun pouvoir. La femme porte la même croix que Hana. Elle est sauvée par la personne aux cheveux argentés. Il est capable de faire fondre l'importé quels matériaux. La femme, à la marque qu'il porte sur le visage, le reconnaît, il s'agit de Sasha (サーシャ), mais il est toujours mal au point. Théresa intervient pour les sauver. Elle fait en sorte de redonner force à Sasha (avec sa poitrine, vive la censure). Une fois remise sur pied, Sasha fait tout péter et parle en russe. La femme ne peut faire farce à Alexander Nikolaevich Her (アレクサンドル=ニコラエビッチ=ヘル), que l'on surnomme Sasha ou le Qwaser d'or.
Après les remerciements, Alexander les quitte. Le lendemain matin, l'église est comme neuve. Mafuyu ne comprend pas tout. Elle demande au prêtre ce qu'est « Qwaser ». En classe, Alexander rejoint leur classe. Ce dernier n'est pas très social et envoie chier Hana et Miyuri. Il se fout de qui elles peuvent être. Par contre, il aime bien l'énorme poitrine de Tomo.

Images de l'épisode 1 (génériques inclus) :
聖痕のクェイサー 第1話 - image 1 - 聖痕のクェイサー 第1話 - image 2 - 聖痕のクェイサー 第1話 - image 3 - 聖痕のクェイサー 第1話 - image 4 - 聖痕のクェイサー 第1話 - image 5 - 聖痕のクェイサー 第1話 - image 6 - 聖痕のクェイサー 第1話 - image 7 - 聖痕のクェイサー 第1話 - image 8 - 聖痕のクェイサー 第1話 - image 9 -
Plus d'images...

怪盗レーニャ (Kaito Reinya / Mystérieuse voleuse Reinya) est une série d'épisode de 3 minutes plutôt marrant avec des histoires d'une voleuse nekomimi qui chaparde des trésors plutôt particuliers. Le style est très vectoriel (certainement une série d'animation Flash). C'est court, simple et stupide, mais je pense que c'est le but de la série.

Kaito Reinya a avec elle une souris, Chūtarō (チュー太郎), dont elle ne supporte pas les réflexions et à qui elle fait subir les pires châtiments. Cependant, elle semble immortelle. Face à elle,un petit et vieil inspecteur, Keibu (警部), et un grand et jeune détective, Keiji (刑事),accompagnés d'une petite assistance policière féminine à la jupe courte : Kukei Nochi (婦警のっち). Cette dernière est toujours à se faire remarquer auprès de Keibu, ce qui lui fait pardonner toutes leurs incompétences. On se demande ce que le ventilateur fout là tout de même.
Les noms ne sont pas vraiment des noms, mais les postes qu'ils occupent. ^^'

Note : il semble que le nom de Reinya vient du nom de la seiyū : TANAKA Reina (田中れいな) des Morning Musume (モーニング娘).

Images de l'épisode 1 :
怪盗レーニャ 第1話 - image 1 - 怪盗レーニャ 第1話 - image 2 - 怪盗レーニャ 第1話 - image 3 - 怪盗レーニャ 第1話 - image 4 - 怪盗レーニャ 第1話 - image 5 - 怪盗レーニャ 第1話 - image 6 - 怪盗レーニャ 第1話 - image 7 - 怪盗レーニャ 第1話 - image 8 - 怪盗レーニャ 第1話 - image 9 -
Plus d'images...

Aucun commentaire

Écrivez le votre ci-dessous.

Écrire un commentaire