Article

No title

Sunday 30th October 2005

Hop la, une série qui a débuté au début de mois et dont j'ai enfin récupéré tous les épisodes (3 épisodes). Paradise Kiss fait un peu figure d'OVNI dans le paysage de la saison niveau anime (dans ce que j'ai pu voir). Une série qui fait vrai, c'est rare. Je veux dire par vrai, c'est que les personnages font plus naturel dans leur façon de parler que ce que j'ai pu voir. L'héroïne, HAYASAKA Yukari, est le centre de l'histoire. Tout est presque à la première personne (Yukari, seul personnage à qui on entant les pensés) et qui a un comportement assez normale : pas extravagante, ni trop timide, n'a pas de truc particulier qui la ferais vraiment sortir du lot si ce n'est qu'elle est plutôt belle. Et cette beauté va peu à peu s'immiscer dans le monde de la mode en tant que model. Elle va rencontrer Izabella (Elle qui doit être un travestis. Sur le site officiel il est dit : « Il a un corps d'homme au cœur de femme. »), SAKURADA Miwako (Une fille à l'aspect et à la façon de parler peu mature. Elle a la voix qui fait un peu enfantine mais en fait c'est assez trompeur.) et NAGASE Arashi (Un type bardé de piercing avec une façon de parler assez... bizarre par moment). C'est trois là vont parti de l'école Yazawa et cherche un (top) modèle pour défiler et présenter leurs créations. La jeune Yukari, qui ne vivant que pour les études (lycée + court du soir) va se plonger peu à peu dans leur monde en marge de la société où l'extravagance n'est pas vu de travers. J'ai oublié un personnage, KOIZUMI George, le beau mec de l'histoire dont Yukari va doucement tomber amoureuse. Il y a qui m'a amusé, c'est que Miwako donne un surnom à Yukari, qui est Caroline, et elle l'appelle toujours ainsi (Et ça façon de le dire est vraiment kawaii ^^, tout comme ça personnalité) sans réelle raison. Paradise Kiss, prononcé Parakiss (Parakiss no fuku), est la marque des vêtements qu'ils conçoivent (d'ou le nom de l'anime).
J'en vient ensuite à un aspect assez sympa de la série : c'est beau. Mais ça joue dans un peu tout les styles. Parfois ils poussent le truc jusqu'a carrément utiliser des photographies, où les décors sont superbement réalisés. Les bachgrounds est donc bien traité mais concertant les personnages et l'animation c'est autre. Ça joue sur deux tons, style normal, bien dessin et bien animé (qui représente une majeur partie du temps) avec parfois des tenues vraiment bien rendues (ça parle de stylisme aussi, donc un peu obligé) et quand c'est plus vraiment sérieux c'est du super déforme animé un peu a l'arrache (mais en fait ça rend trop bien parce que colle parfaitement). On peu cependant remarque qu'un grand partie des plans sont des gros plan où des plan qui ne sont pas parfaitement centré sur la scène. Celle là mets soit le personnage en exergue, soit pas. La transition entre les deux styles ne se fait pas forcement en changement de plan, ils le deviennent d'un coups en plein scène. Au début ça fait bizarre, ensuite c'est amusant. Il y a un autre détail kawaii dans la série. Les transitions de plan avec des fleurs ou des peluches (relativement bien dessiné) avec un bruit assez spécial. Ca fait parfois très décales avec la scènes qui se passe, mais encore une fois au début ça surprend ensuite c'est presque un élément normale de la série.
Concernant la musique... bha... il n'y en a pas vraiment. Ce sont généralement des musiques d'ambiance, il n'y en a quasiment pas. En quelque sort ça nous donne un idée plus vrai des situations sans les renforcer par une musique qui n'existe pas ce qui colle très bien avec l'esprit général.

Au final, c'est très bonne série, mais hélas je ne m'efforcerait pas de faire de résumé. Je vous la laisse découvrir par vous même. ^_^ A ne pas loupé si vous aimé les séries décalée au romantisme qui ne s'éternise pas.
Avant de finir : Je pense que l'auteur n'a pas du apprécier l'école car tout les profs ont des têtes affreuse :P Et puis la musique de l'Opening chanté par Tommy February6 (j'adore) est vraiment exellente... je crois que c'est la première fois que je l'entends dans un anime.

On dirait un ange (SAKURADA Miwako) NAGASE Arashi à le visage bien chargé. Je pense qu'Izabella qui aurait préféré naitre une femme. TOKUMORI Hiroyuki, le garçon qu'elle aime... peut-être. Ho la belle photo :) Les tenues de Miwako ne sont pas discrètes.

La série est d'abord sorti en manga (shôjo manga), mais par contre je ne sais absolument rien de cette série :P

Les cours ne sont parfois pas passionnant et quand je m'emmerde et que j'ai en crayon un main, je ne peut m'empêcher de dessiner :P ^_^ Bref, tous est réalisé en cours. Il n'y a que l'entrée de l'IUT que j'ai réalisé dans le cadre d'un exercice.


Je vous laisse m'incendier à présent (rires). Encore une fois c'est tout en noir&blanc, parce que c'est chaud de faire de la couleurs en cours et parce que... je fais presque que cela ^_^' (Je sais pas bien).

The 5 next articles

8 comments posted

By Zéfling, the 31/10/2005 at 00:12:30
Avatar
Administrator

Pour les dessins, je me suis arrangé pour viré pour certains : les lignes de feuilles cadriées ^_^ (on les voit quasiment plus) ou pour d'autres le cours photocopier que l'on voyait en transparence :P

Si personne ne s'en souvient, ça n'est jamais arrivé. La mémoire humaine n'est qu'une donnée. On peut la réécrire. (Lain)
By Luitoine, the 31/10/2005 at 00:14:05
Avatar
Member

C'est vrai, j'croyais que c'était fait sur des feuilles blanches moi :lol

Alors c'est un barman gay qui a un chien qui fait des pipes et... bref passons...
By Aoyama, the 31/10/2005 at 11:35:03
Avatar
Member

J'adore l'arbre et l'intérieur d'un batiment (c'est où ?), t'es vraiment bon pour les décors :) Mais les persos sont pas mal non plus hein ^_^
Pour certains tu devais vraiment te faire chier parce que ça se fait pas en 5min :lol

Cette sign est la seule qui ne fait pas allusion à Luitoine. Ah, ben non.
By Zéfling, the 31/10/2005 at 12:24:46
Avatar
Administrator

Pour le batiment, c'est juste après l'entrée principale de mon IUT (La ou je devrais plus passer mais comme l'entrée principale de mon bâtiment est à l'opposé c'est chiant de s'y rendre).
Oui parfois en amphi je me fais chier pendant 2 heures... donc ça se voit un peu :)

Compared to French grammar, nothing is hard. (Rasmus Lerdorf)
By Acendancy, the 01/11/2005 at 09:30:05
Avatar
Member

Mmm... On se demande si tu travailles en cours des fois en voyant les dessins xD

Avec windows XP on était au bord du gouffre, avec Vista on a fait un grand pas en avant...
By Aoyama, the 02/11/2005 at 15:55:40
Avatar
Member

Je suis en train de lire la biographie d'Osamu Tezuka en ce moment (en manga, y'en a d'autres qui la lisent ?) et il faisait pire : il était étudiant en médecine et pendant les cours il dessinait les planches de manga qu'il devait envoyer aux mags parce qu'il était trop à la bourre, et à l'internat il le faisait même pendant ses heures de garde XD (dans le manga un moment il demande à une infirmière de l'aider à noircir mdr)
Le pire c'est qu'il a quand même eu son diplome, pour finalement devenir mangaka...

Luitoine fantasme sur Ondine.
By 'Christa, the 03/11/2005 at 13:24:25
Avatar
Member

Scusez, je fais que passer...
Je viens à peine de découvrir Paradise Kiss - le manga - qui est du même auteur que Nana ^^ Et vous savez quoi ? Moi qui n'aime pas les shojo, mous, pleins d'histoires d'amours dégouilinantes, de ruptures larmoyantes et autres détails pathétiques, ben... j'adore ^^ Cette mangaka est en passe de devenir l'une de mes préférées ^_^ Mais c'est vraiment du pur shojo !! Mais elle dessine trop bien les mecs *_* (et elle a un faible pour les vêtements aussi on dirait XD)

By Zéfling, the 03/11/2005 at 23:27:15
Avatar
Administrator

Pourquoi tu t'excuses ?
Mmm Nana, j'en ai entendu beaucoup de bien. Mais bon, je peux pas tout avoir ^_^'
C'est vrai que pour les vêtement elle s'éclate. Ca me fait penser à Clamp sur ce point :)

Pour les shôjo, c'est quoi Angel Sanctuary ? ;)

Ao > C'est pas humain la vie d'un mangaka :lol

Si personne ne s'en souvient, ça n'est jamais arrivé. La mémoire humaine n'est qu'une donnée. On peut la réécrire. (Lain)

Write a commentary